Corridor d’accès – Province géologique des Esclaves

Grâce au corridor d’accès à la province géologique des Esclaves, les zones ayant un important potentiel minier pourront avoir accès à une route, à une ligne de transmission d’hydroélectricité et une infrastructure de communication.

Faits en bref

  • Corridor d’infrastructures à deux voies en gravier
  • 413 kilomètres de long
  • Valeur historique de la production (en dollars de 2018) provenant des mines sur les 213 000 kilomètres carrés de la province géologique des Esclaves : 45 milliards de dollars

    Aperçu du projet

    • Le corridor permettrait de relier la province géologique des Esclaves et son important potentiel minier à des centres du sud du Canada et, éventuellement, à un port en eaux profondes au Nunavut.
    • Une route toutes saisons serait plus fiable et résisterait davantage au changement climatique qu’une route d’hiver.
    • Un accès amélioré permettrait aux minières existantes de réduire leurs coûts d’exploitation, et faciliterait l’exploration de ressources et les activités de développement.
    • Un accès toutes saisons favoriserait une économie verte, car elle permettrait la réalisation des projets d’agrandissement de la centrale hydroélectrique de la rivière Taltson et d’installation d’une ligne de transport d’électricité. Elle permettrait également l’extraction de métaux communs et nobles nécessaires pour les technologies à faibles émissions de carbone.

    État d'avancement actuel

    • Un couloir offrant le plus d’avantages économiques a été choisi en fonction des résultats d’études sur le potentiel minier, d’analyses et d’études des possibilités d’acheminement, et d’une analyse de rentabilisation en cours.
    • Le 6 novembre 2017, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a présenté une proposition détaillée au Fonds national des corridors commerciaux de Transports Canada pour faire avancer le projet. L'application n'a pas été retenue lors du premier appel de propositions. Cependant, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest présentera le projet de nouveau à Transports Canada dans un appel de propositions réservé aux projets du Nord du Fonds national des corridors commerciaux, vers la fin de 2018. 
    • Cinq phases de construction ont été définies :
    1. Remplacement du pont du chenal Frank
    2. Évaluations et planification environnementales
    3. De la route 4 à lac Lockhart
    4. Du lac Lockhart au lac de Gras (mines de diamants)
    5. Du lac de Gras (mines de diamants) à la frontière TNO–Nunavut
    • Les prochaines étapes comprennent la réalisation d’une évaluation d’une analyse de rentabilisation et d’une étude environnementale et la finalisation des travaux d’ingénierie et de conception.

    Accéder aux ressources et à de nouvelles perspectives économiques

    • La province géologique des Esclaves dispose d’un important potentiel minéral inexploité, notamment de plusieurs importants gisements de métaux communs (p. ex.  Izok : 15 millions de tonnes et Hackett River : 82 millions de tonnes) et de centaines d’indices aurifères et de métaux communs (on en décompte 372 le long de la route seulement). 
    • Trois mines de diamants (Ekati, Diavik et Gahcho Kué) ont produit 20 millions de carats, généré 2 milliards de revenus et employé 3 000 personnes (ÉTP) en 2017, et ont contribué directement au PIB à hauteur de 1,1 milliard de dollars, ce qui représente 28 % de l’économie ténoise.
    • Toutefois, le manque d’infrastructures est sans cesse invoqué comme un obstacle majeur aux activités d’exploration et d’exploitation dans la région. D’après une étude menée en 2016 sur les coûts relatifs des mines, Schodde a déterminé que les coûts des projets miniers étaient de 40 à 170 % plus chers aux TNO par rapport aux régions plus au sud du Canada. La Chambre des mines des TNO et du Nunavut (2018) laisse entendre que dans le Nord, les dépenses en immobilisations peuvent être 2,5 fois plus élevées et les dépenses d’exploration 6 fois plus importantes.
    • Des investissements stratégiques dans les infrastructures (route, énergie et communications) permettraient de diminuer les coûts d’exploration et de développement, en plus de fournir de nouvelles perspectives économiques aux mines qui ont des besoins opérationnels importants en matière d’infrastructures.
    • Le corridor d’accès à la province géologique des Esclaves permettrait d’accéder aux petits gisements de métaux communs et d’or et de les développer, comme ceux de la rivière Cameron, de la rivière Beaulieu et de la ceinture de roches vertes (p. ex. le gisement de Sunrise qui représenterait 4 millions de tonnes), ainsi que d’accéder à d’importants gisements d’or de moindre qualité (p. ex. le gisement du lac Courageous qui représenterait plus de 15 milliards de dollars en ressources in situ).
    • Un engagement ferme envers ce projet de corridor d’accès à la province géologique des Esclaves pourrait rallonger la durée d’exploitation des mines existantes et générer une augmentation immédiate des activités d’exploration le long du tracé de la route proposé.